Invitation à la mensuelle du 06 avril (JCE de Saint Denis)

Mon souhait est de travailler en équipe (JIR du 28 mars 11)

L’année s’annonce chargée pour Mélanie Perche. Fraîchement élue présidente de la Jeune chambre économique Réunion, le temps fort de son mandat sera la célébration des 50 ans de l’association.

Lire la suite »

La presse en parle…

La jeune chambre économique du Grand-Sud crée le débat!

“Les jeunes et l’emploi” comment mettre en adéquation l’offre de compétence avec les besoins actuels et futurs de l’entreprise?

 Pendant toute l’année 2011, La Jeune Chambre Economique Française mobilise les acteurs« L’emploi des jeunes » est effectivement une priorité majeure sur le territoire national et a fortiori à La Réunion.Lorsqu’on regarde les chiffres du chômage des jeunes, le constat est alarmant : un taux de chômage de 22,3% pour la France et 55,3% pour La Réunion au dernier trimestre 2010. A La Réunion, c’est la Jeune Chambre Economique du Grand Sud qui a été l’organisatrice du débat avec la participation de membres de la Jeune Chambre de Saint-Denis même si cette dernière est actuellement mobilisée sur l’organisation de la semaine des 50 ans de la Jeune Chambre à La Réunion. La Jeune Chambre Economique du Grand Sud avait choisi comme axe de réflexion : «Comment mettre en adéquation l’offre de compétences avec les besoins actuels et futurs des entreprises ? »

 

15 responsables d’organisations locales invitées

 Un nombre honorable de participants se sont retrouvés autour de la table : représentants de la  Chambre de Métiers, CCIR et EGC, Université, Pôle Emploi, Missions Locales, organismes de formation, groupement des jeunes créateurs, CGPME, URSIAE, AFDET, Réunionnais du Monde mais aussi une conseillère d’orientation psychologue et des entreprises ou associations innovantes en terme de filière ou de métier (Bébé Entreprise, Get 974). Les échanges ont été riches et des idées communes ont émergé.

Raisonner en filière plutôt qu’en métier

 Lorsqu’on parle « métier » aux jeunes qui doivent choisir leur orientation, l’approche est complexe (il existe plus de 500 métiers) et les perspectives se ferment. Raisonner en filières permet d’élargir la vision des jeunes en quête d’orientation. Les secteurs d’activité potentiellement porteurs d’emploi à La Réunion sont aussi bien des filières émergentes (les services à la personne, les NTIC, l’environnement etc.) que des filières classiques telles que l’artisanat, le tourisme, l’agroalimentaire, l’hôtellerie, la restauration ou le BTP. 9 secteurs identifiés comme prioritaires sont déjà pris en compte dans la mise en place du CPRDF (Contrat de Plan Régional de Développement de la Formation signé en partenariat avec la Région, l’Etat, le Rectorat et l’Education nationale). Par ailleurs, malgré l’important taux de chômage, certains métiers ne trouvent pas de candidats. C’est le cas des commerciaux et de métiers techniques et/ou de haut niveau.

L’alternance, formidable tremplin vers l’emploi

 70% des contrats professionnels et 63% des contrats d’apprentissage aboutissent à un emploi durable dans les 6 mois. Et la marge de progression des contrats d’alternance est considérable si on se réfère aux performances de l’Allemagne dans ce domaine. En 2010, la France comptait 400 000 jeunes en alternance, en Allemagne, ce chiffre atteint 1 600 000 jeunes. Pour que l’alternance soit encore plus efficace et pour inciter les entreprises à utiliser ces dispositifs, l’ensemble des participants au débat étaient unanimes quant à la nécessité de former les tuteurs en entreprise à l’accueil des jeunes.

L’enseignement et la formation

 Dans l’ensemble, toutes les filières sont bien représentées dans l’enseignement et la formation professionnelle même si, bien sûr, des mises à jour sont inévitables. Les points bloquants se situent surtout au niveau du choix de l’orientation, de la connaissance des entreprises, des filières et de leurs débouchés, et de la motivation des jeunes quant à l’exercice d’une activité professionnelle. Certains jeunes sont mal orientés, souvent , il s’agit d’une orientation par défaut. Par exemple, l’entrée à l’université n’est soumise à aucune sélection. Des jeunes l’intègrent malgré un avis défavorable et leur choix peut se tourner vers des filières « élitistes ». Ce constat ajouté à la différence pédagogique entre le lycée et l’université expliquent un nombre important d’échecs en 1 ère année. L’Université de La Réunion réfléchit actuellement à la mise en place du CPESIP, une sorte « d’année zéro », dispositif spécifique pour lutter contre l’échec en première année, notamment pour la cible des étudiants potentiellement décrocheurs, qui constituerait un sas permettant de bien choisir sa filière. Les participants ont aussi évoqué la nécessité de prévoir des passerelles entre les formations afin qu’un jeune puisse facilement se réorienter s’il en ressent le besoin.Chambre de Métiers pour des classes de 6 ème en présence également des parents qui sont partie prenante dans le processus d’orientation. Au niveau de la formation, un bilan de compétences adapté aux jeunes est en train de se développer. Parallèlement, les entreprises notamment du secteur privé doivent être incitées à utiliser les heures de formations DIF (Droit Individuel à la Formation) acquises automatiquement par chaque salarié.

 La mobilité

 

 

 La mobilité a été évoquée à de nombreuses reprises lors de ce débat car elle présente de sérieux atouts à l’avis général des participants. Tout d’abord, elle permet d’élargir le marché de l’offre pour les jeunes, le marché de l’emploi à La Réunion étant de toute façon structurellement trop étroit pour tous les demandeurs d’emploi. Puis, elle permet aux jeunes de se former à des techniques de pointe et d’ouvrir leur esprit, qu’ils s’expatrient en métropole, au Canada, en Australie mais aussi en Europe. Comme le soulignait le responsable du site internet Réunionnais du Monde, il s’agit de partir pour mieux revenir.Une nécessaire coordinationTous les acteurs locaux doivent se connaître et se rencontrer régulièrement afin de partager leurs expériences, se fixer des objectifs, coordonner les actions et mutualiser les moyens. Il semble nécessaire de créer un service public de l’orientation.La valorisation, une notion-clé transversaleS’il y a un terme qui est revenu sans cesse lors de ce débat, c’est bien la valorisation. Valorisation des filières en mal de reconnaissance, de manière largement injustifiée, comme l’artisanat. Mais aussi valorisation de l’alternance qui peut souffrir d’une image de marque négative alors que c’est un formidable outil. Valorisation de l’entreprise aux yeux des jeunes : il faut leur donner envie de venir y travailler. Valorisation des tuteurs en entreprise pour les jeunes en alternance mais aussi des jeunes embauchés qu’il faut former. Et enfin, et pas des moindres, la valorisation du jeune qui bien souvent a du mal à s’affirmer, manque de motivation ou de confiance en lui. Dans cet esprit, l’arrivée fin 2010 des Olympiades des métiers à La Réunion a été très bien accueillie par les jeunes et ce type d’actions devraient être multipliées en plus de formations transversales sur le savoir-être (à la connaissance et la mise en valeur des atouts du jeune, préparation à l’entretien d’embauche, à la prise de parole en public etc.). Car au-delà de la qualification, c’est le tempérament du jeune qui fait la différence lors de l’embauche. L’accent doit être mis auprès des jeunes sur la polyvalence car ils seront amenés à exercer plusieurs métiers dans leur vie, et sur le savoir-être en entreprise, condition sine qua non au succès de l’intégration et de la progression dans l’entreprise.

La Jeune Chambre Économique Française, une formidable expérience humaine au service de la CitéConcernant la connaissance des entreprises et des métiers, des interventions permettent à la jeunesse de découvrir les entreprises dans les collèges, les lycées voire même les écoles primaires, l’objectif étant de sécuriser les orientations des élèves qui choisissent en étant mieux informés. Des actions sont d’ores et déjà mises en place ou en cours de création telles que le PDMF (projet découverte métier formation) de l’Education Nationale ou les journées découvertes organisées par la économiques et institutionnels locaux autour de grandes problématiques sociétales.

  La Jeune Chambre Économique Française (JCEF), association reconnue d’utilité publique fondée en 1952 par Yvon Chotard, est indépendante de tout courant politique, religieux ou syndical. Sa principale vocation est de contribuer au bien-être de la cité et de ses individus par la mise en place de projets d’ordre social, économique, culturel et communautaire. La JCEF est composée de près de 3000 bénévoles issus de tous horizons socioprofessionnels, âgés de 18 à 40 ans et répartis dans 160 Jeunes Chambres Économiques (JCE) locales et 23 Fédérations régionales. Chaque membre s’engage à respecter une charte de valeurs humaines prônant la liberté de l’individu et de l’entreprise, la solidarité internationale, le respect de la personne humaine, le respect des lois, la valeur de l’engagement et la noblesse de l’action au service de la communauté. Le Président 2011 de la JCEF est Guillaume FREI. Sans être partisane, mais en étant une véritable force de proposition politique, la JCEF est à même de proposer aux pouvoirs publics des projets novateurs, affirmant ainsi sa capacité d’action et de réflexion pour le bien de la collectivité et l’avenir de l’agglomération . www.jcef.fr La Jeune Chambre Économique de La Réunion, c’est la Jeune Chambre Economique de Saint-Denis et la Jeune Chambre Economique du Grand Sud. 

 

 

 

 

 

Trombinoscope JCER Grand-Sud, Bureau 2011

Past-Présidente du bureau 2011 : Frédérique Lebon

A la JCE : Observatrice en 1998, membre depuis 2000, Vice-Présidente de la Fédération France Océan Indien en 2008 en charge de la création d’une OLM dans le Sud et formatrice Trainer-Presenter.

Plusieurs engagements JCI au fil des ans et à travers les jeunes Chambres de Saint-Denis, Marseille, Paris et aujourd’hui du Grand Sud (directions de commission, animations de formations…). Dans la vie professionnelle : dirigeante du cabinet conseil en communication et relations publiques Ozone-oi depuis 4 ans.

Particularités : attirée par l’expérimentation de projets nouveaux et les horizons lointains, joyeuses, entreprenante, créative, à l’écoute, j’essaie d’être maladroitement mais fermement, guidée par ce que notre humanité doit avoir de meilleur, l’amour et le respect.

Président JCE-Grand-Sud 2011 : Mounir NAJAFALY

Fonctionnaire hospitalier, Responsable juridique RH au sein du CHR de La Réunion
Président fondateur (2009) de la JCEGSR, et Président 2011
Formateur Presenter et Trainer
Membre du Rotary Club de Saint-Joseph

Particularités: perfectionniste, franc, rigoureux et rêveur

Vice-Président exécutif : Benjamin Lauriot

Evangélisateur et formateur en nouvelles technologies (créateur d’iZi et i-Shop.re)
Collaborateur au magazine mensuel “Réunion Multimédia”
Membre actif de l’Association réunionnaise des Technologies de l’Information et de la Communication et de la Commission d’Orientation, de Formation et d’Insertion Professionnelle de l’Université de la Réunion.
Particularités : Bon vivant. Citoyen du monde curieux, réfléchi, sociable, travailleur et rêveur

Vice-Président communication, formation et développement : David Goulois.

Psychologue Clinicien, Psychothérapeute, Formateur-consultant.

J’exerce en cabinet sur St Pierre.
Collaborateur à la revue “Belle” (supplément hebdomadaire du journal “Le Quotidien”)
Consultant pour la station de radio “Réunion Première” les 3 premiers vendredi de chaque mois de 11h à 12h.

Particularités: Vrai blond. Dynamique, entreprenant, adaptatif, amateur de bons repas. Curieux du monde.

Me contacter : david.goulois974@orange.fr

Vice-Président Juridique : Frédérique Hoarau.

Avocat au barreau de St Pierre

Particularités : aime aller au charbon

Trésorier du bureau : Yannick Bovalo

Gérant/associé SARL Runmat, SARL Profils et Plafonds Réunionnais et Holding Hypérion

Particularité : Fort Mental, fédérateur, entreprenant, Franc, n’a pas froid au yeux et l’âme d’un justicier

Secrétaire du bureau : Pascaline Ponama

Membres JCE depuis 2009, secrétaire du bureau Grand-Sud2011

Directrice d’une couveuse d’entrepreneurs à l’essai, association chargée de l’accueil et de l’accompagnement des futurs créateurs d’entreprise

Mes engagements bénévoles :

o Présidente de l’association Aid’Atout, spécialisée dans les services à la personne

o Trésorière de l’association Arnaud Productions, qui propose du théâtre et du chant pour les enfants handicapés

Mes compétences : gestion d’entreprise / comptabilité, formation, management, développement commercial, développement de projet

Mes particularités : rigoureuse / exigeante, entreprenante, aime relever les défis, engagement social, rêve d’un monde meilleur…

Thèmes WordPress - WordPress tuto